Nous vous avons déjà présenté de nombreux vendeurs sur notre marketplace. Dans cette nouvelle série « Success story de vendeurs », nous vous introduisons à Sylvie et Alexis de Bernes-sur-Oise. Lors d’une interview, nous avons pu les interroger sur leur expérience en tant que vendeurs sur Label Emmaüs, de leur formation à leur organisation au quotidien !

 

La Communauté Emmaüs Bernes-sur-Oise

Née en 1967, la Communauté Emmaüs Bernes-sur-Oise compte aujourd’hui 72 compagnes et compagnons sur le Label. Des personnes de tous âges et de tous horizons se retrouvent pour chiner des dons provenant des quatre coins du Val d’Oise. Livres, chaussures, chaises, luminaire, peluches, canapé, vêtements… La communauté est avant tout un lieu de convivialité et d’échange ouvert à tous.

Nous avons interrogé Sylvie, opératrice passionnée et Alexis, responsable de communauté qui ont bien voulu nous parler de leur parcours et donner les secrets du succès de leur boutique.

  • Sylvie, depuis combien de temps es-tu opératrice Label Emmaüs dans ta structure ?

    Sylvie : Je suis opératrice depuis 4 ans.

  • C’est toi qui as lancé l’activité Label à Bernes ?

    Sylvie : Oui, je faisais déjà partie de la communauté puis un jour les responsables ont parlé de Label Emmaüs qui avait été lancé peu de temps avant. Ils ont demandé si des personnes étaient intéressées pour s’occuper de cette activité, moi j’aime l’informatique et les objets donc j’ai suivi une formation à Label Emmaüs et je me suis lancée. Dominique était aussi à la formation et on a commencé en même temps puis bien plus tard Pascal, un compagnon, nous a rejoint en novembre pour nous apporter de l’aide.

  • Votre CA mensuel est en moyenne de 7000€, comment faites-vous un si joli chiffre ?

    Sylvie : On a surtout des beaux arrivages qui viennent d’Emmaüs Défi qui eux-mêmes reçoivent beaucoup d’arrivages des Galeries Lafayette. Ce sont principalement des arrivages neufs ou qui n’ont pas été essayés et ces pièces-là font vite monter les chiffres. Hier, par exemple j’en ai vendu à 150 ou 180€. Alors je ne fais pas énormément d’annonces comparé à d’autres, mais je ne fais pas ça à la va vite. Je prends bien le temps de faire des recherches sur Internet, de comparer les prix pour que les articles valent le coup. Au bout de 15 jours si l’article ne se vend pas, alors je baisse le prix. Par contre, quand on est absent il y a une grosse baisse, ça se ressent dans le chiffre d’affaires.

  • Quel est ton rythme de création d’annonces et comment tu le maintiens dans le temps ?

    Sylvie : Tout dépend des arrivages, habituellement Dominique fait les photos des articles le week-end lorsque je ne suis pas là. Il fait environ une cinquantaine d’annonces par semaine, ça peut être plus comme ça peut être moins mais en général autour de 40 à 50 annonces. C’est comme ça qu’on s’organise.

  • Quels sont les objets qui se vendent le mieux dans ta boutique en ligne ?

    Sylvie : Les chaussures, sans hésiter ! Les baskets, ça se vend bien, il y a aussi les luminaires. Que ce soient des lampes de bureau, de chevet ou industrielles même parfois rouillées, les luminaires partent souvent assez vite. Le bric en général se vend bien également. Cela dépend aussi de la période, les céramiques en ce moment ne se vendent pas trop. Mais les objets déco, ça part dans la semaine ou dans les 10 jours qui suivent.

 

Nous avons ensuite interrogé Alexis, responsable de communauté qui nous a éclairé sur l’apport de l’activité en ligne pour la communauté.

  • Alexis, pour quelle(s) raison(s) Emmaüs Bernes a décidé de lancer sa boutique en ligne sur Label Emmaüs ?

    Principalement pour diversifier notre activité, et ainsi toucher un autre public. Deux compagnons (Sylvie et Dominique) étaient intéressés par ce nouveau projet et ces nouvelles activités alors nous nous sommes lancés.

  • Qu’apporte l’activité Label Emmaüs aux compagnes et compagnons de ta communauté ?

    Les compagnes et compagnons acteurs sont motivés par leur participation à ce projet et se sentent vraiment concernés par l’activité. Certains sont même fournisseurs d’articles et savent ce qui se vendra plus facilement. Certains articles seront plus aisément vendus sur le site plutôt que dans notre boutique physique. Tout le monde n’en a pas forcément conscience mais une douzaine de compagnons sont participants occasionnels en sélectionnant ces objets.

  • En quoi votre activité en ligne est-elle complémentaire par rapport à votre boutique physique ?

    L’activité en ligne a l’avantage de livrer dans toute la France. Cela permet de toucher un public plus large que le public local comme des collectionneurs amateurs par exemple. Ces personnes vont plutôt rechercher des articles dans une rubrique particulière directement sur Internet. Avant, on faisait des ventes à thème, mais on arrivait moins à toucher ce public-là, les ventes n’étaient pas très fructueuses. L’activité en ligne permet donc d’éviter de se déplacer, et de centraliser la recherche d’un article en particulier. Un jour, on a vendu un timbre à 1000€ sur le site, je ne pense pas qu’il se serait vendu dans la boutique physique, par exemple.

 

Merci à Sylvie et Alexis pour le temps qu’ils nous ont accordé et pour les réponses apportées. N’hésitez pas à faire un tour sur leur boutique en ligne par ici !

Laisser un commentaire