Crise humanitaire en Afghanistan : La Fondation Inalco accueille des universitaires et des étudiants.

Une actualité brûlante 

L’histoire contemporaine de l’Afghanistan est tristement marquée dès la fin du 20ème siècle par près de trois décennies de guerre et de bouleversements sous la menace du régime taliban au pouvoir de 1996 à 2001.

Malgré l’intervention militaire des Etats-Unis et la tenue d’élections démocratiques, l’Afghanistan est resté plongé dans une instabilité générale et dans la crainte d’une nouvelle prise de pouvoir insurrectionnelle des talibans.

En avril 2021, les troupes américaines se sont retirées de l’ensemble du territoire après plus de 20 années de présence sur le sol afghan.

En juillet de la même année, les talibans ont commencé à reprendre le contrôle du pays pour atteindre un point de non-retour après la chute de sa capitale, Kaboul, le 15 août 2021. 

L’engagement de la Fondation Inalco 

Officiellement créée en octobre 2021, la Fondation Inalco accompagne le développement de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, aussi connu sous le nom de Langues O’. Cet établissement public d’enseignement supérieur et de recherche, fondé en 1795, propose une offre de formation en langues et civilisations extrêmement riche et reconnue dans le monde entier.

Face à cette crise humanitaire en Afghanistan mettant sur la route, parmi une population entière, étudiants et universitaires, la Fondation s’est engagée dès le mois de septembre 2021 à accueillir et protéger celles et ceux qui portent avec eux la langue, la culture et la civilisation afghanes, si chères aux valeurs de l’Institut. 

Protection des personnes et des savoirs 

Confrontés à une situation dramatique, parfois en danger immédiat, les intellectuels sont en effet particulièrement menacés et soumis à des représailles pour le simple fait d’être des porteurs de savoirs et des relais de la culture afghane. Ces personnes ne peuvent donc plus exercer leur profession d’enseignant ou poursuivre leurs études. C’est notamment le cas de nombreuses femmes, auxquelles l’Inalco accorde une attention très particulière.

De par son identité et sa vocation, l’Institut et sa Fondation se sont mobilisés afin d’accueillir des universitaires et étudiants Afghans afin de leur permettre de poursuivre leurs travaux, mais aussi transmettre et préserver leurs savoirs.

Il a notamment été proposé à l’un des universitaires de porter un projet de chaire dédiée à l’art et au patrimoine de l’Afghanistan, créée par l’Inalco dans un souci de protection de la culture afghane.

Un accueil d’urgence

Pionnier dans l’accueil d’universitaires en danger, l’Inalco les intègre à des programmes conduits depuis plusieurs années.

Les étudiants accueillis seront affiliés, en fonction de leur niveau de français, au Diplôme Universitaire Hospitalité, Médiations et Migrations (DU H2M) qui vise à former des étudiants exilés aux métiers de la médiation interculturelle, ou au Diplôme Universitaire Passerelle qui accueille des étudiants en reprise d’études tout en leur assurant une formation en français.

Les universitaires bénéficieront quant à eux du Programme PAUSE, en partenariat avec le Collège de France, qui leur permettra de poursuivre leurs activités d’enseignement et de recherche. 

La création d’une bourse numérique

Pour mener à bien cette mission, la Fondation Inalco s’est engagée aux côtés de Trëmma afin d’organiser une collecte solidaire dont les bénéfices seront intégralement consacrés à équiper chaque étudiant exilé en ordinateurs et matériel informatique et à les former aux usages du numérique. Ils pourront ainsi continuer à mener à bien leurs études, effectuer les démarches administratives liées à leur arrivée en France et garder contact avec leurs proches.

Rédigé par : Cécile Leblond

Anne-Sophie Tournadre

Anne-Sophie Tournadre

Sensible aux injustices sociales et consciente de l'urgence climatique, je pense - comme le disait l'Abbé Pierre - qu'il ne faut pas attendre d'être parfait‧e pour commencer quelque chose de bien.

Laisser un commentaire