L’abej SOLIDARITE participe au dispositif Premières Heures et permet aux plus démunis de se réinsérer progressivement

Issu d’une expérimentation lancée par l’association Emmaüs Défi à Paris en 2009, le dispositif Premières Heures a pour but de pallier aux limites que présentait le contrat d’insertion pour les personnes les plus proches de la rue. Depuis janvier 2021, L’abej SOLIDARITE participe au dispositif Premières Heures et permet aux plus démuni.e.s de se réinsérer progressivement.

abej SOLIDARITE

Emmaüs Défi crée le dispositif Premières Heures

En 2OO8, Emmaüs Défi fait le constat d’une inadéquation entre les Contrats d’Insertion qui étaient alors de 24 heures par semaine et les capacités des personnes dormant dans la rue qui manifestent la volonté de reprendre une activité professionnelle.

En effet, même avec la plus grande motivation, sortir de la rue ne peut se faire du jour au lendemain. La confiance en soi a grandement souffert du regard des autres. De nombreux réflexes sont à reconstruire comme les notions d’horaires ou de jours de la semaine. La resocialisation doit être progressive. Le travail permet de dépasser ces difficultés mais il est nécessaire de l’adapter aux capacités de la personne.

En partenariat avec l’association Emmaüs Solidarité, Emmaüs Défi a initié en 2009 le « Travail à l’heure » qui en 2011 et devenu, grâce au soutien du département de Paris, le Dispositif Premières Heures. Il permet aux grands exclus de reprendre une activité professionnelle selon un rythme progressif : 4h par semaine, puis 8h, 12h… jusqu’au Contrat à Durée Déterminée d’Insertion (CDDI) de 26 heures hebdomadaires.

Et ça marche : en 2017, parmi les 19 salariés ayant bénéficié du Dispositif Premières Heures à Emmaüs Défi, 85% d’entre eux sont sortis de la rue et ont signé un CDDI dans un chantier d’insertion.

Grâce aux efforts d’essaimage de la Ville de Paris, le dispositif Premières Heures est maintenant adopté par 18 structures d’insertion parisiennes. Retrouvez Emmaüs Défi et ses objets ici.

L’abej SOLIDARITE prend part au dispositif Premières Heures

L’abej SOLIDARITE s’est liée à d’autres associations de la métropole lilloise pour tester ce dispositif depuis janvier 2021. L’association a répondu à l’appel à manifestation d’intérêt pour étendre l’expérimentation parisienne.

abej SOLIDARITE  

Les personnes accompagnées par le dispositif Premières Heures viennent travailler dans l’atelier chantier d’insertion de la ressourcerie et les objectifs fixés ne sont pas trop élevés pour êtres réalistes et s’adapter au mieux à chacun.e.

6 personnes sont déjà accompagnées par l’abej SOLIDARITE et certaines d’entre elles aident à la préparation (recyclage et tri des cartons) et l’expédition des commandes Label Emmaüs

Le dispositif premières heures permet un contrat de travail à partir de 3h hebdomadaires et peut ensuite basculer vers un contrat d’insertion classique.

On ne travaille pas seulement l’aspect professionnel mais toutes les problématiques du quotidien (recherche de logement, accès aux droits, santé, addictions…). Un accompagnement sur une durée de 5 ans est possible donc il est vraiment durable et propose un tutorat renforcé.

L’abej SOLIDARITE a 5 chantiers d’insertion et accompagne déjà dans ce cadre une centaine de personnes. Découvrez l’associaton abej SOLIDARITE et ses objets ici. 

abej SOLIDARITE

Les principes clés du dispositif Premières Heures

Ce dispositif a pour but d’accompagner des personnes très marginalisées pas encore prêtes à rentrer dans les processus d’insertion classiques (au minimum 20h par semaine) en les accompagnant de façon plus poussée et en adaptant le rythme de travail au rythme de la personne et à ses possibilités.

Premières Heures est un sas temporaire, progressif, adapté, destiné aux personnes ayant connu un parcours de rue qui ne se projettent pas d’emblée dans un contrat long et pour lesquelles les dispositifs d’insertion classiques s’avèrent inadaptés. Le travail est prétexte à l’entrée dans l’accompagnement et dans le parcours d’insertion :

  • Recrutement sans sélection, ni prérequis : pour un public de grands exclus, principalement des personnes sans abri ou hébergées dans des centres d’hébergement d’urgence ou collectifs) 
  • Premières Heures comme support d’accompagnement : l’activité pour remobiliser, sans attente de productivité
  • Progressivité et durée modulable, au cas par cas : Premières Heures s’adapte aux besoins et capacités de la personne
  • Promesse de l’emploi et de l’hébergement : mise en œuvre d’un parcours professionnel d’insertion progressif
  • L’accompagnement s’appuie pour les personnes sur une reprise en main de leur parcours : les premières heures travaillées donnent toujours lieu à une rémunération (SMIC horaire) et à une fiche de paie. 

En France, les métropoles de Lille, Strasbourg et Nantes ont ouvert le test en 2021 et nous espérons que d’autres agglomérations y prendront bientôt part également. 

Label Emmaüs est une entreprise d’insertion et ne peut qu’encourager ces nouveaux dispositifs visant à lutter contre l’exclusion en s’adaptant toujours plus à l’humain.

Anne-Sophie Tournadre

Anne-Sophie Tournadre

Sensible aux injustices sociales et consciente de l'urgence climatique, je pense - comme le disait l'Abbé Pierre - qu'il ne faut pas attendre d'être parfait‧e pour commencer quelque chose de bien.

Laisser un commentaire