Artisans du Monde, acteur historique du commerce équitable, rejoint la plateforme Label Emmaüs !

1 000 produits Artisans du Monde en provenance du monde entier ont rejoint notre marketplace solidaire Label Emmaüs.

Commerce équitable et réemploi solidaire, solutions éprouvées et complémentaires contre l’exclusion et la surconsommation, sont aujourd’hui au cœur de la transition écologique, solidaire … et numérique ! Les associations Emmaüs et Artisans du Monde, inspirées toutes deux par l’abbé Pierre, se retrouvent aujourd’hui pour continuer leur combat en ligne à l’ère du 2.0. Véritables “premiers de cordée” ayant entraîné avec elles des centaines d’initiatives, elles ont su garder leur authenticité tout en ne cessant d’innover.

La première marketplace solidaire

Notre forme de marketplace ou site multi-vendeurs permet à chaque association d’effectuer une transition numérique dans le respect de sa réalité locale, tout en satisfaisant les nouvelles habitudes des consommateurs connectés. Avec 150 compagnons, salariés en insertion, bénévoles, salariés et jeunes en services civiques formés au e-commerce en 2017, nous nous ouvrons aujourd’hui à nos partenaires de l’Economie sociale et solidaire (ESS), pour démultiplier cet impact social et devenir demain le porte-étendard d’une consommation alternative et solidaire en ligne.

Du choix !

Arts de la table, objets déco, jouets, accessoires de mode, bijoux … Plus de 1 000 produits fait main viennent s’ajouter à un catalogue de 20 000 objets d’occasion déco, mode et high-tech et 200 000 livres déjà en ligne sur Label Emmaüs.

#MixandMatch

Ou l’art de mêler les styles… L’artisanat, parfois ethnique et toujours tendance, vient compléter l’offre d’occasion vintage de label-emmaus.co, pour proposer aux clients de composer un intérieur ou un style aussi unique que responsable !

En quelques clics, devenir artisan de ce monde

Derrière les produits, des artisans aux savoir-faire traditionnels d’Asie, d’Amérique du Sud et d’Afrique payés au prix juste, un prix qui permet de couvrir les frais de production, intègre le coût de la vie de l’artisan, lui permet de répondre aux besoins de base pour sa famille et si possible d’épargner et / ou d’investir.

J’ai été formé à la poterie, ce qui m’a permis de développer de nouvelles compétences. Si je n’ai pas pu poursuivre d’études, j’ai pu donner une éducation à mes trois enfants grâce à cette activité, et c’est ma réussite ! Et avec les économies réalisées grâce à ma rémunération, j’ai pu ouvrir une petite épicerie aujourd’hui gérée par ma femme.”

Hari Krishna Balami, 42 ans, originaire du Népal, artisan du monde depuis 1993

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s